Unaï Basurko : homme de cœur et citoyen des océans

Concurrents sur l’eau et amis de longue date, Bernard Stamm et Unaï Basurko avaient déjà un sillage commun autour du monde en ayant partagé les lignes de départ d’Around Alone et du Vendée Globe. Depuis quelques jours, avec le ravitaillement en gasoil au cap Horn du Suisse par le Basque, leur histoire s’est enrichie d’un nouveau chapitre. Marins chevronnés, compétiteurs hors paire, ces deux hommes sont aussi des citoyens engagés depuis longtemps dans la préservation de leur planète et des océans. Ayant mis la régate entre parenthèses, Unaï s’est lancé dans une nouvelle aventure maritime, en équipage, dans le but de faire prendre conscience au plus grand nombre des problématiques environnementales. A travers diverses expéditions, le but de ce beau projet nommé Pakea Bizkaia, est avant tout de s’adresser aux enfants, ces adultes de demain.

Le 6 janvier dernier, dans l’océan Pacifique, Bernard Stamm heurtait un objet flottant non identifié qui privait le monocoque Rivages de ses hydrogénérateurs, sa source d’énergie. Dès lors, il n’avait d’autre choix que d’envisager une opération de secours destinée à le ravitailler en carburant et imposant sa mise hors course. Aussitôt, Unaï Basurko, présent non loin d’Ushuaia, proposait son aide. Le 9 janvier, après de longues heures passées à la barre, sans pouvoir la lâcher, faute de batteries suffisantes, le Suisse retrouvait son ami basque et avec lui la quantité de carburant nécessaire à la poursuite de sa route vers Les Sables d’Olonne, pour finir le tour et la collecte des données du Mini Lab. Un projet tourné vers les éléments qui partagent de nombreux points communs avec Pakea Bizkaia.

Depuis 2010, Unaï Basurko et son équipe sillonnent donc avec leur monocoque en aluminium les océans du globe afin de contribuer à l’éducation des plus jeunes, en assurant la promotion de l’environnement, du développement durable, du respect entre les êtres vivants, de la biodiversité et des ressources naturelles. Un projet vaste et ambitieux dont les premiers bords ont été tirés en direction du nord de la Scandinavie, à l’occasion de la première campagne avec un accent particulier mis sur la protection des océans et la durabilité. Un périple passant par Copenhague, les îles Lofoten, le cap Nord ou encore les îles Shetland qui aura permis une première phase importante de sensibilisation.

Sur les traces des marins basques

Un deuxième volet s’est ouvert en 2011 à destination de Terre Neuve et du Groenland, avec l’objectif de rendre un hommage appuyé à tous les marins basques qui, bien avant le XVIème siècle, quittaient leurs ports d’attache pour gagner ces zones de pêche à la morue et de chasse à la baleine. Se concentrant également sur l’observation des cétacés, l’équipage a profité de son escale québécoise pour jeter l’ancre d’une exposition retraçant son périple et revenant sur la philosophie générale de ces campagnes.

Le cap Horn et la péninsule antarctique

En 2012, c’est vers le Sud que Pakea Bizkaia a mis les voiles, visant ainsi une descente de l’Atlantique à destination des côtes sud-américaines, du cap Horn et de la péninsule antarctique. Riches de leurs deux premières expéditions, les membres de l’équipage ont quitté leur pays Basque avec l’envie farouche de poursuivre le tissage de liens entre les peuples et d’échanges sur les richesses naturelles à préserver. Une navigation qui les a mené dans les parages d’Ushuaia, au moment même où Bernard Stamm avait besoin d’un ange gardien. Depuis cette opération de secours, Unaï Basurko a poursuivi sa route vers le Sud et se trouve actuellement dans les îles Shetland du sud, un archipel situé à 120 kilomètres au Nord de la péninsule antarctique.

Pour en savoir plus sur Pakea Bizkaia : http://www.pakeabizkaia.com/fr