Structure et matériaux

Lors d’un tour du monde, les voiliers sont soumis à des conditions de mer et de vent très variables. Il faut concevoir un bateau qui permette d’exploiter tout le potentiel de performance quand les conditions météorologiques l’autorisent. Mais il faut aussi pouvoir compter sur la résistance des structures face aux tempêtes rencontrées. Pour y parvenir, il est essentiel d’optimiser la mise en œuvre des matériaux utilisés. Une recherche sur la maîtrise des procédés de fabrication et d’assemblage est donc indispensable, de l’échelle microscopique à la structure globale du bateau.


©Alain Herzog – EPFL


©Myimage – Philippe Schiller & Loris von Siebenthal


©Alain Herzog – EPFL

Optimisation des matériaux et des procédés de fabrication : la façon dont les différents matériaux sont combinés a valu à cet assemblage le nom de sandwich composite. Il est formé d’un épais matériau d’âme en mousse ou en nid d’abeille entouré de couches très fines de carbone renforcé. Le procédé de fabrication de ces sandwichs composites nécessite de nombreuses étapes. La moindre imperfection peut conduire à une rupture catastrophique de la pièce!

Le Laboratoire de technologie des composites et polymères (LTC) de l’EPFL à développé, depuis de nombreuses années, des compétences dans ce domaine. Il collabore étroitement avec le chantier naval Décision SA pour appliquer ces connaissances au voiler en cours de réalisation. Cette collaboration permet à l’équipe de Bernard Stamm et au cabinet de structure de Juan Yacht Design de dimensionner les structures du voilier au plus près des contraintes réelles.