Partenariat scientifique

Cela commence par une histoire d’hommes. Quand le navigateur Bernard Stamm décide d’inviter l’océanographie à bord de son bateau pour sa prochaine course en 2012.

Un ami lui présente Éric Hussenot, Directeur d’Océanopolis à Brest. Celui-ci réunit des scientifiques de la région et après avoir évoqué de nombreux projets, «Nous avons décidé de travailler sur le premier mètre de la couche d’eau très riche en plancton, afin de transmettre de l’information en temps réel et surtout de comparer des informations en provenance des satellites». Depuis, les esprits phosphorent. « Comment récolter et analyser les échantillons sur un bateau comme celui-là, sans microscope ! Et sans que cela ne représente une trop grosse contrainte pour le navigateur… ». Une des techniques envisagées consisterait à utiliser les caméras déjà en place sur le bateau et à installer des fluorimètres, dont les données seraient comparables par la suite aux données de chlorophylle envoyées par les satellites. C’est d’autant plus intéressant que le bateau va vite et tourne autour du monde.

Dans le même ordre d’idées des données de températures et de salinité seront accessibles quasiment en temps réel.

Pour en savoir plus, consulter le site Internet :

http://www.oceanopolis.com
http://www.plancton-du-monde.org/plancton-du-monde.html
www.fph.ch Fondation pour le Progrès de l’Homme