Le dragon des mers, un poisson très étrange

Le roi du camouflage

Il possède un nom légendaire et une allure unique : le dragon des mers, aussi appelé hippocampe dragon, se caractérise par un squelette externe et un long museau en forme de tube dépourvu de dents. Pour tout dire, ce joyau des mers fait un curieux poisson, surtout lorsque l’on sait qu’il ne possède pas réellement d’estomac ! Raison pour laquelle il doit se contenter de proies faciles à digérer, qu’il aspire grâce à son museau. Fonctionnant comme une pipette, il pompe l’eau qui est ensuite rejetée par des opercules. Restent alors les micro-­‐organismes (zooplancton, crevettes) dont le dragon se nourrit et dont il est friand. Pour le rencontrer, il n’y a guère le choix : les côtes du sud de l’Australie, les côtes de Tasmanie, la côte est de Nouvelle-­‐Zélande. En effet, ce piètre nageur, qui mise sa survie sur ses capacités de camouflage, profite de son mimétisme avec certaines algues présentes dans ces zones pour échapper à ses prédateurs. Problème : les champs d’algues ont tendance à régresser, victimes des oursins qui pullulent depuis que leurs prédateurs, les homards, sont eux-­‐mêmes victimes d’une pêche mal contrôlée. Le cercle est si vicieux que les hippocampes dragons sont considérés comme menacés par l’Union Internationale de la conservation de la nature (UICN) depuis 1993.