La circulation océanique


 

Coup de chaud sur la planète, problème de fond pour les océans

L’augmentation de la température de certaines régions océaniques est une des conséquences du réchauffement global du climat. Des analyses de prélèvements de glace indiquent d’ailleurs que ce siècle est le plus chaud depuis 600 ans. Si cette augmentation concerne les eaux de surface qui sont en perpétuel échange avec l’atmosphère, les eaux plus profondes, elles aussi, subissent les conséquences du réchauffement climatique, sur une échelle de temps bien plus longue.

A un niveau plus global, c’est-­‐à-­‐dire si l’on considère l’intégralité de l’océan mondial (70% de la planète), les scientifiques s’attendent à une augmentation de 2°C de la température des eaux de surface d’ici la fin du siècle.

Localement, cette poussée de fièvre ne sera pas uniforme, tant en terme d’intensité que de vitesse de réchauffement. Des zones comme l’océan Arctique verraient leurs températures augmenter de manière bien plus importante que d’autres.

L’accroissement des températures de l’air et de l’eau de surface provoque de véritables modifications physiques et biologiques qui ne sont, bien entendu, pas sans effet sur les populations marines. Ainsi, par exemple, la migration des espèces vers les pôles, phénomène déjà observé dans l’Atlantique Nord, provoque des modifications dans l’écologie des espèces. Les marins-­‐pêcheurs en savent quelque chose et mesurent les conséquences directes du phénomène sur la pêche.

Cette température en hausse est également à conjuguer avec le niveau des mers qui s’est élevé de 10 à 25 centimètres. Un exemple, un seul : à plus long terme les récifs coralliens des Caraïbes risquent de disparaître ainsi que les espèces qu’ils abritent.

Les scientifiques estiment que cette accélération relativement rapide de la température l’eau de mer pourrait surprendre des espèces qui manqueraient de temps pour s’adapter.

Le navigateur Bernard Stamm, ira bien sûr flirter -­‐ avec modération -­‐ avec les glaciers du Grand Sud sur ce Vendée Globe. Équipé d’un mini laboratoire océanique, et en partenariat avec Océanopolis, il espère bien exciter la matière grise du monde de la recherche. Océanopolis Brest, océanographes et marins sont d’accord sur un point : le destin de la terre se lit au fond de la mer.

 

Découvrez plus d’articles sur le même sujet.