Analyse du cycle de vie

Afin d’ancrer le projet RIVAGES dans une démarche éco-responsable, la Fondation de Famille Sandoz a décidé de faire réaliser une analyse d’impact environnemental de la construction du bateau, en suivant une approche cycle de vie (ACV). Cette étude a été menée par la société Quantis, basée sur le parc scientifique de l’EPFL à Lausanne, dont le rapport a fait l’objet d’une analyse de conformité et de cohérence par le Pôle éco-conception de Saint-Etienne.

L’Analyse du Cycle de Vie (ACV) – ou écobilan – évalue l’impact environnemental d’un produit, d’un service ou d’un système en considérant toutes les étapes de son cycle de vie, depuis l’extraction des matières premières jusqu’à la fin de vie, en passant notamment par la fabrication, le transport ou la consommation. Cet impact est calculé selon de multiples indicateurs, tels que le carbone, mais aussi la qualité des écosystèmes, l’utilisation des ressources, la santé, ou l’empreinte eau. Dans le cas du Projet Rivages, c’est la phase de construction qui a été évaluée, c’est-à-dire depuis la récolte des matières premières jusqu’à la mise à l’eau.

Compensation carbone

Les émissions constatées durant la phase de construction sont compensées par la participation au financement de projets contribuant aux développements d’énergies renouvelables, ainsi qu’au financement de projets d’adaptation des populations vulnérables au changement climatique. Dès le début du projet RIVAGES, La Fondation de Famille Sandoz a envisagé deux types de projets de compensation, d’égale nécessité :

  • Le financement de projets de réduction des émissions de gaz à effet de serre au travers des Mécanismes de Développement Propres, pouvant consister en projets d’énergie renouvelable à petite échelle (solaire, éolien, géothermique).
  • Le financement de projets d’adaptation qui permettent d’augmenter la résistance des communautés aux effets négatifs du changement climatique ; par exemple des projets de reforestation qui combinent séquestration de carbone et réduisent les risques d’érosion; tout en fournissant du bois de feu et accomplissant la fonction de nurserie pour les espèces locales.

Dans les deux cas, il s’agit de projets à l’échelle des communautés. Cette dernière semble la plus appropriée pour des projets d’adaptation au changement climatique ainsi que pour les projets de développement propres de petite échelle. La Fondation de Famille Sandoz a finalement décidé de sélectionner trois projets issus de l’organisation South Pole Carbon, afin de compenser l’impact de la construction du bateau. Ces trois projets ont également un impact socio-économique important pour les régions concernées.

 

Optimisation des procédés de fabrication
L’écobilan ne se contente pas de quantifier les impacts environnementaux de la fabrication du voilier. Il livre également une répartition détaillée de ces impacts au cours des différentes phases et activités nécessaires à la construction. L’étude de l’écobilan permet de savoir où agir en priorité pour optimiser la fabrication des bateaux, dans une logique d’éco-conception.

Enfin, un des volets de cette étude s’est concentré sur les problématiques d’énergie embarquée et a tenté de proposer des solutions alternatives, dans la mesure où elles sont non contraignantes à la performance. Le chantier Décision SA a vu quant à lui, dans cette méthodologie, l’opportunité d’améliorer l’impact environnemental de ses procédés.

 

L’écobilan a été réalisé par Quantis
Quantis est un cabinet de conseil leader en analyse du cycle de vie spécialisé dans l’accompagnement d’entreprises afin de mesurer, comprendre et gérer les impacts environnementaux de leurs produits, services et activités. Quantis est une entreprise internationale qui compte des bureaux en Suisse, en France, aux États-Unis et au Canada. Elle emploie plus de 70 personnes, parmi lesquelles on trouve plusieurs experts mondialement reconnus en analyse du cycle de vie.