À l’écoute des baleines – En savoir plus

Les carcasses de baleines, un oasis pour les petits peuples des grands fonds

Les baleines meurent par milliers chaque année. 10% des cadavres se décomposent en flottant à la surface de la mer alors que 90% coulent et se déposent au fond des océans. Ils constituent d’ailleurs un oasis pour les petits peuples des grands fonds. En eaux profondes, les animaux se font plus rares, et la carcasse peut alors devenir une source considérable de nutriments pour un écosystème complexe sur des périodes de plusieurs décennies. Les scientifiques supposent que certaines espèces d’animaux abyssaux se servent de ces carcasses pour étendre leur aire de répartitions et ainsi coloniser d’autres écosystèmes, tels que les cheminées hydrothermales. Étant donné que la mort des cétacés se produit à des endroits très aléatoires, les carcasses sont disséminées sur le fond marin, telles des oasis de nutriments sur l’immensité de la plaine abyssale, avec un espacement moyen estimé à 25 km.

Moins de 24h après la chute d’une baleine, les charognards mobiles qui errent dans les abysses en allant de carcasses en carcasses prélèvent 40 à 60 kg de chair par jour. Les plus grands d’entre eux sont des requins (somnosoïdés) ou des coryphaenoïdes. Mais ce sont les myxines qui consomment le plus de chair. Pour s’alimenter, ils pénètrent dans le corps de la charogne puis raclent le corps de l’intérieur. Les amphipodes profitent également de l’occasion pour se reconstituer des réserves, pour pouvoir jeûner presque deux ans.

Ce festin peut durer plusieurs mois, jusqu’à ce que la couche de chair devienne si fine que les charognards mobiles ne peuvent plus s’en nourrir. Au bout de cinq ans, il ne reste, en général, que les os de la baleine. La décomposition se poursuit alors à une échelle plus petite et microscopique. Elle est principalement réalisée par des espèces présentes nulle part ailleurs, la plupart inconnues de la science: des vers polychètes, par exemple.

Il faut encore savoir que la carcasse entraîne une concentration de vie, avec parfois une densité de plus de 45 000 individus au mètre carré, la plus forte densité des écosystèmes abyssaux. Quelques crustacés et poissons sont aussi présents sur le site. La carcasse leur fournit un abri et une source de nourriture non négligeable dans le désert des abysses.

Une cinquantaine d’années plus tard, la majorité des os de taille modeste a complètement disparu. Il ne reste que les plus grosses vertèbres et la tête, très riche en graisse. Le processus de décomposition se poursuit lentement, jusqu’à la dernière poussière de la carcasse, au bout d’environ 90 ans après la chute de la baleine.

Découvrez notre vidéo «À l’écoute des baleines».